ÉVASIONS LITTÉRAIRES – Alabama – Alexis Arend (vidéo)

« Il n’y a rien de pire au monde, ni de plus éprouvant pour un homme, que d’être pauvre. Excepté le fait d’être un nègre, naturellement » , disait mon père.
Ô combien il avait raison ! »

Coucou. Aujourd’hui, je vous présente un roman qui, pour moi, est LE roman de l’année. Je sais, je sais, l’année n’est pas terminée. Mais bon, 2020 n’a pas été assez clémente pour que je m’attende à un autre cadeau aussi beau de sa part, un autre roman aussi poignant, aussi marquant dans les trois mois restants.

D’ailleurs, Alabama a rejoint ma liste des romans préférés de tous les temps, époques et genres confondus.

J’ose rarement me prononcer aussi catégoriquement sur un roman, mais là, il n’y a rien d’autre à dire que de le recommander vivement! C’est un roman réellement et tout bonnement époustouflant, et pas seulement parce que le thème me concerne, c’est un travail géant.

Je vous souhaite de tout mon coeur de le découvrir. Vous expérimenterez une explosion d’émotions qui vous fera vous sentir particulièrement vivant. J’ai hâte de connaitre votre avis. Bonne découverte!

Résumé (description de l’éditeur sur Amazon)

« Que Dieu me pardonne, je détestais l’Alabama. Je le haïssais !

Alabama était le pays où toute la misère du monde avait choisi d’élire domicile. C’était le pays où se donnaient rendez-vous toutes les haines, toutes les iniquités, toutes les bassesses humaines. Aucune région du globe ne mettait un tel point d’honneur à annihiler la vie d’un homme, à le rabaisser, à lui faire courber l’échine jusqu’à le contraindre à ramper à terre, éreinté, vaincu.

Et, pour tous ceux dont le malheur était de ne pas avoir la peau claire, l’Alabama était tout cela aussi, en pire. Pour eux, il déployait tout son ignoble talent, il déchaînait toute sa noirceur contenue, toute sa dureté réfrénée. Oh oui ! Pour eux, l’Alabama se surpassait.

« Il n’y a rien de pire au monde, ni de plus éprouvant pour un homme, que d’être pauvre. Excepté le fait d’être un nègre, naturellement » , disait mon père.

Ô combien il avait raison ! »

Trent P. Chestwood

Mon ressenti

ÉVASIONS LITTÉRAIRES – Alabama – Alexis Arend (vidéo)

Extraits

« –Tu vois ? me confia-t-il après quelques pas, se rengorgeant. Un homme de couleur, c’est aussi facile à éduquer qu’un animal de compagnie. Il faut de la sévérité, de la poigne, et parfois tu lâches un peu de lest, tu le complimentes, tu lui accordes une faveur et il t’en est reconnaissant. Là, j’ai félicité Isaïah pour son travail, je l’ai autorisé à rentrer chez lui une heure plus tôt que d’habitude, et le voilà content. Il n’en demande pas plus, tu sais ? Un chien de ferme, c’est exactement pareil. Tu te montres strict avec lui, sévère, même, tu le rabroues ou le corriges lorsque c’est nécessaire et, de temps en temps, tu le flattes, tu joues avec lui, tu lui témoignes un semblant d’intérêt. Ça lui suffit. Ainsi, tu lui fais savoir en permanence qui est le maître, mais en te montrant un maître juste et magnanime. C’est facile. Les nègres et les chiens fonctionnent pour ainsi dire sur le même mode, ils ont les mêmes instincts, souviens-toi toujours de ça.


« –P’pa… Est-ce que les livres sont une mauvaise chose, d’après toi ?–Une mauvaise chose, non, maugréa-t-il en rompant son morceau de pain. En tout cas, la plupart du temps, même si certains d’entre eux peuvent être subversifs. Mais une chose futile, oui, certainement. Ils encombrent inutilement l’esprit, les remplissent de fadaises absurdes, inventées de toutes pièces par des tire-au-flanc qui n’ont rien de mieux à faire de leurs journées que de paresser le cul sur leur chaise à noircir bêtement du papier. Ils sont une pure perte de temps pour tout esprit sain, tout travailleur de la terre comme toi et moi. Seule la Sainte Bible, bien évidemment, mérite de faire partie de ce que doit posséder un homme dans sa vie. Le reste n’est que bon à jeter. Souviens-toi toujours de ça. »

Pour le découvrir…

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Le Vieil homme et moi – Luca Tahtieazym

Parce qu’on a tous besoin d’un bol d’air frais… De se remplir, ressentir et se vider du trop-plein d’émotions… Entre éclats de rire et quelques larmes où votre coeur ne perd jamais son sourire…. Parce que…

Ça y est, j’ose les prononcer, ces mots dont je me sens toujours si peu digne. Haut et fort, qui plus est: « Je vous recommande ce roman. » Mais vraiment très fort! À tous! Quel que soit votre genre de prédilection!

POURQUOI?

Parce qu’on a tous besoin d’un bol d’air frais… De se remplir, ressentir et se vider du trop-plein d’émotions… Entre éclats de rire et quelques larmes où votre coeur ne perd jamais son sourire.

Parce qu’on mérite tous une seconde chance!

Parce que la vie, autant elle peut s’acharner, autant peut-elle nous surprendre et tout changer pour le mieux… Tant qu’on ne baisse pas les bras!

Quel beau roman! Quelle douce histoire! Elle vous remue puis vous remet d’aplomb.

Nouvellement devenue fan de thrillers, j’avoue que j’ai eu peur de m’ennuyer. Je ne m’attendais pas à tant de surprises dans un roman étiqueté “feelgood”! Eh bien, je me suis trompée, Luca a réussi à me surprendre jusqu’à la toute dernière page! De toute évidence, Monsieur excelle dans tous les genres auxquels il prête son talent!

Si vous êtes déjà accro à la lecture, n’hésitez pas, ce récit vaut le détour, même si ce n’est pas votre genre habituel ! Pour une soirée cocooning ou un aprèm de farniente.

Si vous essayez à peine de vous y (re)mettre, c’est le meilleur roman que je puisse vous conseiller pour le moment pour (re)prendre goût à la lecture! D’ailleurs, vous le trouverez bien trop court car on en veut encore et encore de ces pages-là!

Chapeau l’artiste! 😍😍

Méga coup de coeur pour ce roman et pour Maxime en particulier. C’est qui ce Maxime? Il vous attend par là ➡️ https://amzn.to/2znkoXJ

RÉSUMÉ (Amazon)

Quand un vieil homme bougon et solitaire s’installe en face de chez eux avec sa grande gueule et ses bouteilles de muscadet, Charlotte et son fils Valentin, poussés au bord de la rupture par une succession d’embûches, voient leur existence bouleversée.

Entre l’ours mal léché au grand cœur et ses voisins, une amitié aussi forte qu’inattendue va se tisser, leur prouvant à tous que rien n’est jamais écrit et que le bonheur appartient aussi à ceux qui n’y croient plus.

Pour le découvrir

Une surprise de taille

À travers ce texte, je vous ai présenté Betsy, la meilleure copine de Fanny, de ma série d’aventures « Les confidences de Fanny » basées sur les réalités de la vie en Haïti.

La présentation de Betsy est, en fait, le seul objectif réel de cette petite nouvelle très (trop) légère.

La première novella de la série des Confidences de Fanny est sortie en été 2018 sous le titre « Les lignes du destin ». La deuxième suivra bientôt.

Bon à savoir : les tomes pourront être lus indépendamment les uns des autres.  

Ils traiteront souvent de thèmes sérieux, comme un appel au secours et pour rendre hommage à ceux à qui justice n’a jamais été faite.

Cependant, je vous promets de faire l’effort de garder un ton aussi léger que les sujets le permettent.

Par contre, ici, il s’agit purement et simplement d’une petite nouvelle qui, je l’espère, saura vous arracher quelques sourires.. On en a jamais de trop! 🙂

Une surprise de taille – 20 pages

Extrait

La première fois que vous posez les yeux sur Betsy, vous vous retrouvez instantanément face à des choix plutôt primitifs de réactions.

Si vous êtes une femme, vos chances de l’apprécier chutent vertigineusement aussitôt que vos regards se rencontrent. Et si le vôtre ne parvient pas à dissimuler votre jugement sans appel sur sa personne, ses mots vous libéreront une fois pour toutes de l’obligation sociale de lui sourire.

Non qu’elle soit un être désagréable en soi… Néanmoins, elle est dotée de l’irrémédiable don de catapulter les gens hors de leur zone de confort. Sa posture, cet air de guerrière médiévale… Son corps, cette arme affûtée à la précision… Ses yeux, ces pupilles perçantes défiant vos préjugés… Tout ce qu’elle dégage vous agresse !

Si vous êtes un mâle, que vous aspiriez ou non à donner l’illusion d’un gentleman, votre esprit le devient résolument moins quand votre imagination s’égare dans les méandres de son décolleté. Soit dit en passant, il m’est également arrivé de voir de jolis yeux fardés se perdre à leur tour dans ce fascinant abîme.

Bref ! Autant sa poitrine vous paraît exagérément dynamique pour son âge présumé, autant vous brûlez d’envie de vous en approcher… pour vous assurer de son authenticité ! C’est, en tout cas, ce dont vous tentez de vous convaincre !    

Une fois revenu de votre inavouable émoi, vous notez son défi… Celui que vous lancent son menton hardi, son attitude à la fois séductrice et méprisante. Et, volontiers, vous acceptez le challenge de faire disparaître de son visage cet air de triomphe sur la vie, sur les hommes, sur les émotions. Même si, pour ce faire, vous deviez en arriver au sacrifice ultime — ô combien redouté — de votre propre corps !

Il n’existe qu’une poignée d’âmes plus nuancées qui iront chercher au-delà de cette apparence d’amazone des temps modernes pour se poser les bonnes questions… Quel a été son parcours ? Comment en est-elle venue à désirer sciemment projeter une image si peu reluisante et étonnamment impertinente à ses congénères ? Que camoufle-t-elle ? Pourquoi ? L’Homo Resosocius, fleuron de notre époque, a depuis longtemps délaissé toute interrogation non connectée à sa personne. N’est-il pas plus commode d’avoir des étiquettes toutes prêtes pour chacun ? Betsy l’a compris et a choisi celle qui la protégerait le mieux : « la salope ». Personne ne souhaite s’en mettre une à dos… Elles font des ennemies redoutables et de précieuses alliées !

Ainsi, la première fois où elle posa ses « Manolo Blahnik » dans les locaux du magazine « In & out » où je travaillais, en vue de passer son entretien d’embauche, je fus prise d’un accès de ferveur aiguë… J’appelai la Sainte Vierge… J’invoquai les esprits de mes ancêtres… Je priai les dieux de la mythologie créole – si, si, ça existe !… Je tentai tout ce qui était en mon pouvoir — et au-delà — pour empêcher le croisement des rails fragiles de ma pauvre vie avec ceux de cette dévoreuse d’hommes. Je l’imaginais déjà se dandiner, se trémousser devant les autres membres de l’équipe, tous des mâles en rut permanent… Leur décochant des sourires provocateurs faussement détachés. Et ainsi sacrer mon identité pas secrète du tout de super héroïne : La Femme invisible !

Les Cieux restèrent — contre toute attente — cois, imperméables à ma foi aussi soudaine que versatile : Miss « M’as-tu-vue » fut embauchée pour donner un coup de fouet à la section « Mode et Beauté » pendant que je devais continuer à me coltiner des articles hautement stimulants du registre « Toute la vérité sur les épinards : Popeye nous aurait-il menti ? ».  

Alors, dois-je vraiment prononcer les mots… ? Oui, j’exécrai cette femme ! D’emblée ! Avec mes tripes !

Et comme un malheur ne survient jamais qu’accompagné d’une ribambelle d’emmerdements, la même semaine, je m’endormis au volant de ma Toyota Camry en rentrant du travail.

Lire la suite…. (téléchargement gratuit et direct)

Téléchargement gratuit

Cliquez n’importe où sur la photo

Cliquez pour télécharger

Episode 1: Les lignes du destin

Fanny nous fait vivre une aventure humanitaire telle que nous ne l’imaginerions jamais. Elle nous expose les beautés mais aussi les misères de ce pays soumis, entre autres, à la fureur des Éléments. C’est sans doute dans cet écrin que se nichent les plus belles amours et solidarités, tel est le message que l’on retiendra de cette magnifique relation qui se noue, de cette histoire d’amour dans un pays méconnu qui prête au rêve mais dont la réalité peut être si cruelle…

Cette novella s’inspire de faits réels. J’ai vécu personnellement certains événements rapportés ici. Pour d’autres, j’en ai été témoin.

La plupart sont de notoriété publique et peuvent être vérifiés. Toutefois, ils ont dû être adaptés à ce récit, car les réalités de la vie en Haïti sont quelquefois si cruelles qu’elles paraîtraient invraisemblables dans une fiction. Plusieurs lieux et événements non liés ont ainsi été combinés, romancés et les noms modifiés afin d’éviter de susciter mécontentement et représailles envers moi puisque j’y vis encore.

Cette histoire demeure donc une œuvre fictive.

CE QU’EN PENSENT LES LECTEURS

Ce formidable récit de Nina Jo vous bouleversera. Sans langue de bois, sans censure, l’auteure nous expose ce que, sans doute, aucun éditeur n’approuvera. En avertissement, elle nous prévient qu’elle a dû romancer les faits afin de limiter les risques qu’elle prend en nous emmenant dans cette magnifique histoire. Cependant elle réussit le tour de force de nous divertir et d’adopter parfois le ton léger qu’on lui connaît, ce qui donne un ensemble absolument dépaysant, un sublime et terrible voyage qui nous berce et nous baigne dans l’atmosphère magique de cette île abandonnée des dieux mais pas du cœur de ses habitants. À lire absolument.

Laurence LABBÉ


L’auteure nous livre une histoire troublante, touchante, où se mêlent l’humour, l’amour, la tristesse, l’amitié, la colère aussi, parfois. Le ton est tantôt, léger, humoristique, les petites phrases acerbes ou pleines de pétillant succèdent aux descriptions plus tragiques, sombres. Une vraie belle découverte, un vrai coup de cœur !

Alexis Arend


Une belle lecture estivale pour découvrir une excursion vers un orphelinat à travers un Haïti dévasté par un ouragan. Plume légère, personnages attachants, ton humoristique malgré son contexte : un univers où les oiseaux ne chantent plus et où on ne prend plus le temps d’enterrer les chiens. Va-t-elle y découvrir son prince charmant ?

Zébulon


Je découvre Nina Jo et un style puissant et intelligent. Puissant car on se fait mener par le bout du nez grâce à son écriture et une narration travaillée, intelligent parce que l’histoire parle « vrai » à nos oreilles. On a le sentiment d’être invisible et totalement immergé pour mieux observer et suivre une aventure qui nous tient jusqu’au bout. Un seul regret … c’est trop court 🙂

Fiji


Un premier tome très riche ! Surtout quand on sait que certaines anecdotes sont inspirées de la réalité. Les aventures de cette Fanny paraissent improbables et pourtant…

C’est une belle manière d’ouvrir les yeux aux gens en utilisant un discours romancé et humoristique.

Vivement la suite !

Amélie B.


Ce livre très bien écrit sensible, touchant et plein d’espoir nous replonge dans l’après catastrophe de Haïti. Elle nous permet à travers l’histoire d’une jeune journaliste qui se lance dans une opération humanitaire dans un pays en plein cauchemar de nous rendre compte de ce qui s’est passé et que nous avons malheureusement oublié.

Un très beau roman à mettre entre toutes les mains.

Marie-Do


Un style que j’aime beaucoup, très direct, un peu comme si nous étions à la table d’un café et que l’auteure nous contait ses aventures. J’adore son sens de l’humour et de l’autodérision et j’apprécie bien sûr le côté humanitaire de ce récit.

… Bravo, je suis fan et j’attends avec impatience le prochain livre !

Marie Bo


Je ne m’attendais pas du tout à cela. L’image de la pochette m’avait fait croire à une histoire légère et amusante, et ce que je trouve comporte des tournures de phrases très amusantes, mais représente une oeuvre émouvante, prenante, inattendue qui vous ouvre le coeur et l’esprit sur un pays où malgré les pires calamités, l’amour opère toujours quand même sa magie. Bravo pour ce voyage au bord de la tristesse qui révèle un coeur immense. Celui de Nina Jo. Respect !

Michel N. Christophe


Pour traiter ce sujet grave, Nina Jo utilise une plume vivante, qui jette un regard drôle sur son héroïne, la plaçant dans des situations cocasses, compliquées, traitées avec le sourire.

Un récit touchant, plein d’humour et qui aborde le choc d’un monde désabusé. A découvrir !

Marie


Le style est fluide. On rit beaucoup des plaisanteries fines de l’auteure… Un grand bravo, un vrai merci. C’est avec beaucoup d’émotion, d’enthousiasme mais aussi de nostalgie que je referme cet ebook.

Fanny Bernard (Lou B. Simone)


Une bien jolie découverte que ce court roman, celle d’une très jolie plume, fluide, teintée d’humour en dépit d’un sujet qui prête peu à rire. Celle aussi d’un pays dont on ne connaît quasiment rien et dont on ne parle jamais sauf quand il s’y passe une catastrophe, Haïti. L’histoire prend d’ailleurs place après le passage d’un ouragan ayant dévasté toute une région qui demeure coupée du monde et ne peut compter que sur l’apport d’une aide extérieure. Détournement de vivres, autorités corrompues, trafic en tous genres… à première vue, on pourrait plonger dans le sordide ; c’est sans compter la vision que Fanny, reporter locale, porte sur l’expédition humanitaire qu’elle accompagne et ses compagnons de route. Le récit est plein de fraîcheur, sans misérabilisme, sans complaisance non plus, presque fantastique parfois quand s’y mêlent les croyances locales. Touchant aussi par la présence des enfants, orphelins ayant tout perdu sauf l’espoir d’une vie meilleure.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire et je ne peux que vous en conseiller la lecture !

Perchino


Une belle aventure se déroulant dans un pays peu connu que l’on découvre avec joie sous la formidable plume de Nina Jo: Haiti. On se prend tellement à l’histoire que l’on aurait aimé qu’elle dure plus longtemps, mais il s‘agit d‘une novella, une tranche de vie. Celle d’une journaliste attachante qui enquête sur un trafic d’enfants après l’ouragan qui a frappé son pays. Tragédie, espoir, amour et suspense, un très beau mélange! À lire sans hésiter.

Justine


Avec une plume magnifique et maîtrisée, elle nous conte l’aventure de Fanny, partie enquêter dans une région dévastée par un ouragan. On y découvre la misère, la peur, mais aussi l’espoir, la solidarité, l’amour.

J’ai beaucoup aimé le côté déstructuré du récit, présent pour nous fournir les précisions nécessaires à la bonne compréhension de l’histoire au moment voulu. J’ai souri, versé ma petite larme au terme de l’épilogue et passé un vrai bon moment de lecture !

Marjorie Levasseur

Je n’ai pas l’habitude de ce genre de lectures, j’avoue. Mais je me suis laissé tenter malgré tout et je ne l’ai pas regretté !

J’ai réellement accroché à ce récit unique, basé sur une histoire vraie, qui retrace certains aspects sordides et méconnus. Mais jamais les descriptions ne versent dans le larmoyant à outrance, ou le mielleux.

L’humour cocasse de certaines situations, et surtout le ton employé de manière générale, très caustique et savoureux, contrebalancent la noirceur de certains faits relatés.

Au final, c’est croustillant, addictif, un vrai régal !

Vivement la suite, apparemment déjà prévue pour bientôt !

Daryl Delight


Voilà donc une nouvelle très agréable à lire ! Bien structurée. Elle m’a éblouie. Dès les premières lignes d’ailleurs. Son écriture est fluide. On commence. On entre dans le vif du sujet pour s’y installer progressivement et confortablement. Enfin ! On ne peut plus s’en passer. Alors on ne lâche plus du tout cette histoire. Cette histoire, qui quand bien même est mêlée de tristesses sur fond d’amertume, est d’une incroyable douceur. Parce que l’amour est là et l’espoir aussi. Bravo ! C’était formidable !

Elizabeth THALY


J’ai acheté cet ebook sur les conseils d’une amie qui avait adoré cette histoire. Je n’ai pas été déçue, loin de là ! Sur fond de drame réel (le passage dévastateur de l’ouragan Matthieu en Haïti), l’auteure nous emmène avec elle dans un voyage presque surréaliste, où pourtant beaucoup de faits décrits sont hélas tristement réels. On se laisse bercer, on s’indigne, on s’attriste. Et cependant, on rit, on sourit, on espère, on rêve aussi… C’est tout cela à la fois, et c’est ce qui fait la grande force de cette histoire ! »

No mercy

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Fun workout - Spinning

Fun workout sur vélo (vidéo)

Une petite vidéo de #SportMotivation pour terminer la semaine, ça vous dit? – (Durée : 1 min 05 sec)

Je poursuis donc cette petite série qui vous prouvera à quel point le sport peut être fun!

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Permettez-moi de vous présenter ma Fanny

Je réalise à peine que je ne vous ai jamais parlé de Fanny… Ma copine… Surgie un beau jour de mon inconscient.

Je réalise à peine que je ne vous ai jamais parlé de Fanny… Ma copine… Surgie un beau jour de mon inconscient.

Tiffany, trentenaire célibataire, journaliste reconvertie en romancière se fait le plaisir de me raconter ses péripéties et les petits bonheurs de sa vie en Haïti d’une voix mélodieuse et teintée d’humour qui me suit partout. Elle fait partie de ces personnages qui vous habitent et prennent vie aux moments où vous vous y attendez le moins, vous faisant sursauter ou pouffer de rire en pleine rue, provoquant des situations inédites face aux gens… Et là, je fais semblant de parler au téléphone… C’est compliqué… Un jour, c’est sûr, je finirai en camisole de force.

On ne s’est jamais encore vues mais je me suis fait ma vision d’elle. Je l’ai soumise aux talents d’un ami dessinateur et il a réussi à concrétiser exactement ce que j’avais en tête… N’est-elle pas mignonne, ma copine ? Agréable aussi, d’ailleurs!

Je n’arrive plus à vivre sans elle… Serait-ce le début de la folie ?

Fanny dans son hamac

Je me souviens encore de la première aventure qu’elle m’a racontée… Je vous en laisse un petit extrait.

Les lignes du destin – Extrait

 » Nous roulions depuis une heure sur la RN2. En direction du sud. Destination : la cité des poètes. En Haïti.

La ville de Jérémie aurait tout aussi bien pu porter l’emblème « la fierté de la presqu’île », tant pour sa beauté que pour ses richesses. Néanmoins, elle vit également naître, nourrit, inspira plusieurs de nos prestigieux auteurs, dont Etzer Vilaire, Émile Roumer… De nombreux artistes… Et s’enorgueillit d’avoir bercé le Général Alexandre Dumas, dont la progéniture marqua de célèbres empreintes le monde littéraire.

Les atouts de la cité étant infinis, il fallut, un jour, choisir celui qui attiserait la convoitise des autres villes. Et la poésie ambiante l’emporta.

Il vous plairait peut-être de découvrir quelques-unes de ses particularités. Je ne vais pas vous en priver.

L’une d’elles, dont ses filles et ses fils semblent assez fiers, est sa grande population métissée. Des mulâtres à la peau pâle qui instaurèrent, au siècle dernier, un système d’apartheid dans la région. Une situation qui mit en rogne notre fameux dictateur de l’époque, tyran émérite dont la réputation suffit, à elle seule, à nous tailler une petite place — un point rouge — sur la carte mondiale.

Ce zélé « défenseur de la négritude », comme le surnommèrent ses adeptes, ne trouva de meilleures réponses à ce défi social qu’un programme politique sur mesure exigeant de laisser libre cours à son despotisme. Et de secouer furieusement la localité par son racisme épuratif. Ce qui le mena à faire de la municipalité le théâtre d’une barbarie ignominieuse où périrent femmes, vieillards et enfants ayant eu le culot d’arborer une pigmentation dont le degré n’avait pas été approuvé par lui, le chef suprême.

Sa discrimination resta néanmoins curieusement sélective : notre césar épousa une mulâtresse qui lui assura une descendance d’un teint peu réglementaire. Une descendance qui, plus tard, choisit de suivre fidèlement l’exemple de Papa et non ses idéaux sociaux.

Le vœu pieux des uns — « éclaircir la race » — épousa celui des autres — « la venger » — et ils connurent des jours heureux.

Ce fabuleux « noiriste » dévoué exclusivement à la cause des « Noirs foncés » décima, au cours de décennies d’une répression sans merci, un pan de la population à la peau censurée… Parmi lesquels, étrangement, en majorité des intellectuels pouvant nuire à la stabilité de son mandat à vie.

Par ailleurs, la ville vécut plusieurs catastrophes naturelles. Mais ce peuple passionné de sa terre la reconstruisit chaque fois, toujours avec plus de courage et d’amour. Il dut même, à l’une de ces occasions, la déménager un peu à l’écart de son emplacement habituel.

Depuis lors, Jérémie se développa admirablement et réussit à se défaire — plus ou moins — de ses querelles ethniques.

Pourtant, bien au-delà de ces accomplissements, ce dont les habitants de la région se vantent le plus est le mysticisme qui enveloppe toute la Péninsule du Sud… Toute l’île, me direz-vous, cependant les Jérémiens sont les plus enclins à se glorifier de leur capacité à changer le cours des choses… Et des vies ! Plus souvent pour le pire que pour le meilleur ! Ils sont les plus heureux de compter parmi les leurs, selon des statistiques informelles, le plus grand nombre de sorciers au kilomètre carré. Et les plus virulents !

J’eus le bonheur de séjourner quelques jours dans ce merveilleux joyau ballotté par la mer des Caraïbes, il y a quelque temps. En compagnie de Betsy, ma meilleure amie et collègue, qui en est originaire. On avait fait le déplacement en vue d’un reportage à propos d’un canoë surchargé de pépites d’or abandonné et repéré en pleine mer par des pêcheurs. Reportage qui ne fut jamais visionné que par l’équipe qui l’avait tourné. Et par Martha, notre éditrice en chef, grise de colère. La mairesse n’avait laissé aucune zone d’ombre, lors de notre entretien, sur le sort que méritaient ceux qui s’amusaient à ternir la réputation de la cité… Inutile de préciser que pendant la durée de son pouvoir, qui s’étira sur plusieurs mandats, la ville connut une prospérité fulgurante et miraculeuse !

La réparation des routes fut le seul projet auquel elle ne pensa jamais. Ou cet oubli était-il volontaire ? Tentait-elle ainsi de protéger sa cachette des intrus curieux en shorts, toujours armés d’appareils photo, plus communément appelés « touristes » ? Toujours est-il que près de trois cents kilomètres de chaussée cahoteuse séparaient encore Port-au-Prince de ce paradis qui avait jusque-là survécu à tout et au pire.

Quant à la voie maritime, elle était réservée aux plus courageux et insouciants. Car, pour mériter de profiter de la vue saisissante de beauté de la ville de Jérémie depuis la mer, il ne fallait pas moins d’une journée — un peu plus à la nage ! – sur des ferries bondés, finissant souvent naufragés.

Nous avions donc préféré nous y rendre en avion.

Mis à part ma hantise de voler dans un engin plus minuscule que mon salon et secoué tel un manguier le dernier jour de la récolte, le voyage s’était plutôt bien déroulé. Aussitôt remise de la manœuvre finale particulièrement enthousiaste du pilote prépubère, je fus éblouie par le spectacle grandiose qu’offrait le petit hublot.

Ce décor de maisons en dentelle, de tuiles, de verdure, faisait penser à un extravagant puzzle. Des barques de pêcheurs glissaient nonchalamment sur les flots mugissants d’une mer aux cinquante nuances de turquoise, bordée de froufrous blancs… Et tout au centre de cette vue hypnotique se dressait un repère qui différenciait ce panorama de tout autre de l’île, ou même de la Caraïbe… Une intrigante bâtisse rouge brodée de guipure blanche, la Cathédrale Saint-Louis Roi de France ! Elle siégeait sur la place des Dumas où elle côtoyait le buste du fils légendaire du pays, Thomas Alexandre Davy de la Pailleterie, qui fut nommé général par Napoléon en raison de son courage. Mais cette partie de l’Histoire, vous la connaissez sans doute mieux que moi !

En dépit de sa surpopulation et de tous les défis qu’elle eut à relever au cours des siècles, Jérémie continuait d’inspirer à ses enfants le romantisme, les ardeurs… C’était là mes derniers souvenirs de la cité des poètes.

***

Nous longions donc la RN2. C’était le lundi 24 octobre 2016. Un peu plus de deux semaines après le terrible ouragan Mathieu qui avait décimé vies et biens de la surface de la presqu’île du Sud.

J’avais encore du mal à remplacer les clichés idylliques de ma mémoire par les images post-apocalyptiques qui nous étaient parvenues… D’abord par les médias internationaux, puis par des chaînes de télévision locales où le gouvernement s’acharnait à contredire l’étendue abyssale des dégâts annoncés par les étrangers. À mon grand étonnement, d’ailleurs, puisque la stratégie inverse était un commandement sacré et elle s’était toujours révélée fructueuse financièrement pour eux et pour les grands organismes de secours.

C’était un de ces matins sombres lorsque même la nature rechigne à se réveiller… Les oiseaux hésitaient à chanter, le soleil à se lever… »

Alors, qu’en pensez-vous? Vous comprenez mieux pourquoi je continue à l’écouter? 🙂

Découvrez toute la bande

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Fun workout - Trampoline

Fun workout sur trampoline (vidéo)

Hello. Aujourd’hui je vous retrouve pour entamer une petite série de #SportMotivation.

Je sais d’expérience qu’on remet toujours le sport à lundi prochain… C’est donc un bon jour pour vous motiver à franchir le pas, concrétiser ce désir fluctuant 🙂

Trio de tartinades aux légumes

Mon trio de tartinades aux poivrons

Coucou, aujourd’hui je vous parle de ma tartinade préférée, un trio aux légumes que je mets carrément partout, sur tout…

Elle fait aussi bien trempette et sauce si vous en ajustez un peu la consistance. Super facile à réaliser.

Joachim- Cetro

« J’ai traversé l’enfer, des océans de douleur et des monts de souffrance, des abîmes de chagrin et des abysses de peine, les poings serrés sur ma rage, les mâchoires fermées sur mes hurlements.

J’ai affronté le feu du manque et l’acide de l’absence, je suis mort plusieurs fois de l’ablation de mon cœur… »

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Joachim- Cetro

« J’ai traversé l’enfer, des océans de douleur et des monts de souffrance, des abîmes de chagrin et des abysses de peine, les poings serrés sur ma rage, les mâchoires fermées sur mes hurlements.

J’ai affronté le feu du manque et l’acide de l’absence, je suis mort plusieurs fois de l’ablation de mon cœur… »

Résumé

Tous les dix ans environ, des vagues d’enlèvements touchent un petit village.
Des enfants disparaissent sans qu’aucune piste, jamais, ne mène à un coupable.
Lucas, son frère Sam et sa petite soeur Emmy sont témoins de phénomènes terrifiants.
Né des ténèbres, de la haine et du rejet, il est de retour. » (copié sur Amazon)

Extrait

« J’ai traversé l’enfer, des océans de douleur et des monts de souffrance, des abîmes de chagrin et des abysses de peine, les poings serrés sur ma rage, les mâchoires fermées sur mes hurlements.

J’ai affronté le feu du manque et l’acide de l’absence, je suis mort plusieurs fois de l’ablation de mon cœur arraché autrefois par les serres avides d’un chirurgien strict et froid que l’on nomme destin.

J’ai voulu battre le monde de mon incompréhension furieuse, lui hurler des pourquoi, lui reprocher tout ça, lui cracher dessus mes plus rouges colères et mes plus sombres haines.

J’ai usé mes semelles à chercher par delà l’horizon des raisons à tout ça, quelques explications, des raisons de poursuivre, je voulais marcher jusqu’au sang, jusqu’à l’arrêt final.

Je me suis épuisé en vain à détester l’univers et à lui en vouloir, à chercher le moyen de revenir sur mes pas, de changer le passé et le ramener avec moi. Oui, en vain tout cela.

Puis… »

Mon ressenti

Àchaque lecture, on en apprend un peu plus sur soi-même… Je ne me suis jamais fait de fausses idées sur mon (manque d’) éloquence… Mais lâcher un pauvre « OMG » sec, solitaire, hébété après un tel roman, ça, je ne my attendais pas!

Puis a suivi une pensée, encore plus débile: « Heureusement que l’auteur n’a pas le pouvoir de voir ses lecteurs en pleine lecture, il aurait été décu de ce pauvre « OMG » en réponse à ses x-mille mots alignés dans une minutieuse chorégraphie soigneusement orchestrée pour faire sauter nos petits coeurs hypersensibles hors de leur écrin… Bon, vous l’avez compris, j’étais en état de choc!

Breeeeefff! Ça y est, je suis initiée à l’univers de Cetro, un monde situé très très loin de ma zone de confort. Mais je tenais à goûter à du Cetro bien corsé et « OMG », c’est réussi!

Vivant dans un pays où chaque famille a vécu au moins une fois une expérience d’enlèvement, que ce soit d’enfants ou d’adultes, et l’ayant connu de très près, j’ai vite identifié Joachim comme étant le plus difficile roman de Cetro pour moi. Monsieur a en plus la réputation bien établie de ne pas mâcher ses mots! Je me suis convaincue que si je survivais à celui-ci, je n’aurais plus à craindre aucun autre de sa vingtaine de romans.

J’ai ainsi découvert qu’il existe encore plus éprouvant que les descriptions de tortures physiques, il y a celles des souffrances de l’âme! Cédric Veto vous projette à la place des opprimés, des maltraités, des torturés… Et vous vous en sortez essoré, mais heureux d’être vous, d’être dans votre réalité, quelle qu’elle soit! Comme quand vous vous réveillez, en nage et pantelant, d’un mauvais rêve…

Puis la seconde qui suit, vous vous souvenez de tous ceux qui ont vécu ce type de réalité-là… ;(

Heureusement, le rappel du côté fantastique du récit vous aide à vous convaincre, vous répéter qu’il s’agit seulement d’un roman! Un voyage, en enfer certes, mais également un sublime voyage au tréfonds de vos sentiments, de vos réactions, de votre empathie, de votre amour (ou dégoût!) du genre humain!

Joachim est un roman bouleversant. J’en ai encore les jambes cotonneuses. Et je suis d’autant plus remuée qu’on est au mois du Gay Pride!

Une question pour les amateurs du genre et de la plume superbement tranchante de Cetro : s’y habitue-t-on? Votre petit coeur en prend-il moins de claques avec le temps? J’aimerais tellement être sure de garder intacte ma capacité de ressentir, de vivre l’expérience, comme aujourd’hui, à chacun de ses romans… En revenir toujours aussi secouée et heureuse de me « réveiller » et de retrouver ma réalité qui arbore soudain toutes les merveilleuses couleurs de l’arc-en-ciel, les couleurs de la tolérance, de l’acceptation de la différence!

Merci Cédric Veto pour ce roman qui aura marqué mon âme à l’encre de Chine! Non, non ce n’est pas une référence au confinement covidien mais aux marques indélébiles que tu as tracées dans mon être. Merci d’être toi!

Et pour finir, une dernière question… À cette bande de poltrons qui me lisent: oserez-vous, vous aussi ? Ahahahahhh😁😁 C’est par là⬇️

Pour le découvrir:

AUTRES ARTICLES DU BLOG

La flûte amérindienne

Laissez-vous emporter par cette flûte envoûtante. Fermez les yeux et absorbez le chant apaisant de la forêt, tout en visualisant votre anxiété comme une fumée qui s’étire, s’effiloche et s’en va, loin… loin de vous. Laissez ce ruisseau emporter vos soucis… Videz votre esprit et rechargez votre cœur… Namaste.

Chat - sommeil

Comment améliorer votre sommeil ?

L’insomnie peut affecter votre santé et même vous mettre en grand danger si votre métier exige un haut niveau de concentration. Et rien que pour conduire une voiture, il est préférable d’avoir bien dormi car le manque de sommeil diminue les bons réflexes.

Roulades de concombre au thon

12 super idées pour le brunch de ce dimanche

Voilà un petit échantillon d’idées de snacks que j’ai choisies spécialement pour vous ! J’ajouterai les recettes progressivement mais pour le moment, il s’agit surtout de vous inspirer. Et ces petits délices sont tous faciles à réinventer intuitivement. Libérez votre imagination. Enjoy!

Mama Finger – Wendall Utroi

Du drame… Du suspense… Du vaudou… Un clin d’oeil à Haiti… Des enquêtes policières… De l’amour, du vrai comme on en rêve tous… Le tout sur fond d’une Amérique à peine post-ségrégationniste.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Le roman inachevé – Luca Tahtieazym

⁣⁣Quel bel hommage aux artistes, aux créateurs, tous confondus! Détenteurs de pouvoirs infinis sur leurs créatures, ils leur font vivre des évènements heureux et les laissent affronter des expériences atroces pour équilibrer leur univers et forger leur caractère. Ils ne volent à leur secours que quand ils l’estiment nécessaire. Et les éliminent à l’heure prévue, selon le plan établi. Ça vous fait penser à quelqu’un? Moi, si! C’est ce qu’on m’a toujours dit de Dieu! Alors pour moi, ça fait des artistes des élèves-dieux.⁣⁣

Le roman inachevé - Luca Tahtieazym
Le roman inachevé – Luca Tahtieazym

Je ne sais absolument pas comment vous en parler.😳🤔 Mais essayons.⁣⁣D’abord, je dois vous avouer que je n’ai pas été à la hauteur de cette histoire au début. Mon Dieu, ce que j’ai souffert! Je me suis retrouvée à plusieurs reprises en position foetale, sous la torture de certaines scènes. Je n’exagère même pas. Bon, je suis une lectrice très empathique… flipette disons-le😆🙈 Et la plume de Luca sait parfaitement déclencher mes réflexes de protection.⁣⁣ Mais ces descriptions sont essentielles à l’histoire. Indispensables pour comprendre l’âme chaotique d’Elsa et l’existence ébranlée de Romain.⁣⁣Alors, j’ai fini par lâcher prise et accepter de laisser l’auteur m’entraîner dans leur délire.

⁣Imaginez un instant les personnages de vos rêveries, de vos songes (ou de vos romans) prendre vie subitement. Vous les considérez comme des êtres chers ou même comme vos enfants mais vous n’êtes pas dans l’histoire alors ils ne vous connaissent pas. Ils se méfient. Et comme il n’y en a pas que des gentils, vous pourriez vous retrouver en situation difficile.

Grands rêveurs et auteurs de thrillers aux personnages psychopathes, vous en sortiriez-vous?

⁣⁣Quel bel hommage aux artistes, aux créateurs, tous confondus! Détenteurs de pouvoirs infinis sur leurs créatures, ils leur font vivre des évènements heureux et les laissent affronter des expériences atroces pour équilibrer leur univers et forger leur caractère. Ils ne volent à leur secours que quand ils l’estiment nécessaire. Et les éliminent à l’heure prévue, selon le plan établi. Ça vous fait penser à quelqu’un? Moi, si! C’est ce qu’on m’a toujours dit de Dieu! Alors pour moi, ça fait des artistes des élèves-dieux.⁣⁣

Comme pour tous les élèves, il y a des médiocres qui sont là parce qu’ils n’ont pas le choix. De piètres apprentis. Et il y a les studieux, les talentueux qui s’intéressent réellement à l’apprentissage. À leurs devoirs. À leurs créations. Et qui deviennent des maîtres.⁣ Ceux qui ont lu la Trilogie des dieux de Bernard Werber me comprennent. ⁣Je vous laisse donc le soin de classer Luca Tahtieazym qui ne se contente d’ailleurs pas de manipuler ses personnages mais également ses lecteurs.

⁣⁣Le roman inachevé, un roman MA-GIS-TRAL! Angoissant à souhait! Pour moi, en tout cas! ⁣⁣Mais je préfère vous prévenir : âmes hypersensibles s’abstenir! 😱😆

Pour les flipettes, la porte c’est de ce côté🤣➡️ 🚪🚘

Les autres, vous pouvez lire un extrait juste en-dessous

Description de l’éditeur

Glissant lentement vers des abysses ténébreux, un écrivain raté s’isole pour conter la vie, la mort et le chemin sanglant de celle qui le hante toujours.
Des mots. De simples mots crachés comme un exutoire.
Mais quand tout est trouble, les frontières qui séparent la réalité et la fiction ont parfois tendance à se confondre…

Pour le découvrir…

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Souffrir en silence…

Enfin, pardonne-moi ces mots qui font peur,

En plus d’offenser la belle langue de Molière,

Mais que veux-tu, pour seule consolation,

Tu ne me laisses plus que ces phrases mal ficelées

Pour exprimer nos glorieux rêves assassinés.

Mon coin lecture actuel (en confinement)

Mon petit coin lecture (toujours en confinement)

Je lis pour voyager et je vous présente mes voyages préférés, ceux qui m’ont apporté quelque chose, mes coups de cœur. Pour moi, il n’y a pas d’intérêt à parler de livres qui ne m’ont pas du tout plu, de leur faire mauvaise presse alors qu’ils peuvent plaire à d’autres. Non, je prends plaisir à parler du positif. Ça aussi c’est une technique pour lutter contre la négativité et le stress environnants !

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Mama Finger – Wendall Utroi

Du drame… Du suspense… Du vaudou… Un clin d’oeil à Haiti… Des enquêtes policières… De l’amour, du vrai comme on en rêve tous… Le tout sur fond d’une Amérique à peine post-ségrégationniste.

𝙈𝙖𝙢𝙖 𝙁𝙞𝙣𝙜𝙚𝙧: 𝙪𝙣 𝙧𝙤𝙢𝙖𝙣 𝙩𝙤𝙪𝙩-𝙚𝙣-𝙪𝙣.

Une narration « en parallèle » qui joue parfaitement sa partition dans le maintien du suspense… Une plume qui repeint vos émotions de toutes les couleurs et teintes de l’arc-en-ciel… Des émotions qui vous collent à la peau… Pour le meilleur et pour le pire!

Qui suis-je pour juger un livre et le recommander ou non? Je ne suis qu’une lectrice très émotionnelle qui trouve son bonheur dans l’immersion totale de ce qu’elle lit. Et quand j’ai la chance de tomber sur ce genre de travail poussé, minutieux qui parvient à me transporter en ces lieux terrifiants que j’aime pouvoir sillonner, le temps d’une visite sans conséquence, j’avoue avoir du mal à ne pas partager mon ressenti… mon humble avis…

𝑬𝒏 𝒄𝒆𝒕𝒕𝒆 𝒑é𝒓𝒊𝒐𝒅𝒆 𝒅𝒊𝒇𝒇𝒊𝒄𝒊𝒍𝒆, 𝑴𝒂𝒎𝒂 𝑭𝒊𝒏𝒈𝒆𝒓 𝒑𝒆𝒖𝒕 𝒃𝒐𝒖𝒍𝒆𝒗𝒆𝒓𝒔𝒆𝒓, 𝒔𝒊 𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒍𝒂𝒊𝒔𝒔𝒆𝒛 𝒇𝒂𝒊𝒓𝒆, 𝒗𝒐𝒕𝒓𝒆 𝒑𝒆𝒓𝒔𝒑𝒆𝒄𝒕𝒊𝒗𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒗𝒊𝒆 𝒆𝒕 𝒅𝒆 𝒗𝒐𝒔 𝒑𝒓𝒊𝒐𝒓𝒊𝒕é𝒔. À 𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒅𝒆 𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒔𝒊 𝒄𝒆𝒍𝒂 𝒗𝒐𝒖𝒔 𝒕𝒆𝒏𝒕𝒆. 𝑬𝒕 𝒔𝒊 𝒄’𝒆𝒔𝒕 𝒍𝒆 𝒄𝒂𝒔, 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒆𝒏 𝒔𝒂𝒗𝒐𝒊𝒓 𝒑𝒍𝒖𝒔, 𝒄’𝒆𝒔𝒕 𝒑𝒂𝒓 𝒍à : ➡️ https://amzn.to/2WB9Xck

Bonne découverte!


Mama Finger – Wendall Utroi

Présentation

(copiée sur Amazon)

« 1936, au sud de la Louisiane. Qui est Mama Finger ? Une guérisseuse pour certains, une sorcière pour d’autres. Cette dame noire sans âge coule des jours paisibles dans une cabane au cœur du bayou. Quand les époux Larive, qui vivent non loin de là, travaillent, mama s’occupe de leur fils de 9 ans, lui fait découvrir un monde captivant. Mais, dans l’ombre des Noirs américains, le bruit des chaînes résonne encore. Est-il bon de parler aux esprits, là où règne la folie des Blancs, la ségrégation et les fantômes du Ku Klux Klan ?

Une histoire puissante, tragique et envoûtante, qui vous mènera là où jamais vous n’auriez cru aller ! »

Extraits



« L’enfant récupéra le beignet du bout des doigts et mordit dedans avec avidité. Il mâcha à peine, avala, mordit encore, sans jamais quitter des yeux celle qui lui offrait sa main, mais l’effrayait tout autant : une femme blanche.

Les Blancs, ça n’était pas bon par essence, ça se trouvait meilleur que les autres, surtout que les nègres, ça n’était pas gentil. Les Blancs, ça pensait avoir le pouvoir de vie ou de mort, ça sentait l’artificiel, le faux-semblant, les sourires de circonstance. Ça n’avait pas de cœur, pas de limite, pas d’âme, pas de pitié. Les Blancs, ça avait toujours raison, ça colonisait, ça croyait en Dieu pour mieux se faire pardonner. Et puis, ça frappait, ça cognait, ça insultait et crachait son dégoût à s’en briser les phalanges et la voix.

Mais cette dame, là, juste devant lui, elle semblait différente : un regard tendre, un sourire timide, une main qui tremblait.

— Je m’appelle Madeline et toi ? »

Mon petit doigt insiste… Je précise que l’auteur est européen.


« Il était des douleurs qui se taisaient, se terraient dans les abysses de l’oubli, attendant de mordre à nouveau. Murènes aux dents acérées qui jaillissaient de nulle part et décapitaient l’instant, pour vous emporter vers les tourments du passé. »



Pour le découvrir…



AUTRES ARTICLES DU BLOG

Égarée dans les limbes du temps…

Longtemps perdue, errant dans les sombres couloirs de la vie, j’ai scruté chaque regard, chaque sourire, chaque visage croisé sur mon chemin, chaque corps avide du mien, à la recherche d’un signe du destin, en quête de toi, en quête de nous.

Quand mon coeur gémit au passé…

Quand mon coeur gémit au passé,
Quand il pleure ses doux rêves éteints,
Quand ta silhouette plane, se faufile,
Hante mes longues nuits désertes,
Le seul baume à mes blessures

Gaspacho vert

Le gaspacho vert

Comme son cousin le gaspacho aux tomates, le gaspacho vert est léger, savoureux et excellent pour se rafraîchir.

Idéal pour accompagner les grillades ou pour recevoir les amis par une belle nuit d’été.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Bagatelle et la chamade des coeurs perdus

Nous avons fait du cœur le symbole du siège de nos émotions. Alors, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il arriverait si notre cœur s’arrêtait de battre également quand nous perdons goût à la vie? ⁣

Coucou, les amis. Aujourd’hui, je vous présente Bagatelle. Après « Sénescence », j’ai eu du mal à couper court à ma petite promenade dans la tête de Luca. Je vous assure qu’il se cache là-dedans un petit monde fascinant. Alors j’ai poursuivi avec un autre roman repéré dans sa collection «Errances et trucs bizarres », mes trucs préférés quoi!😁

J’ai donc continué mon exploration avec « Bagatelle et la chamade des cœurs perdus ». Quelle belle surprise! Ce roman est en effet « un truc bizarre » où l’humour se mêle au drame. Un humour aigre-doux comme j’aime, caustique à souhait!⁣

Notre cher Bagatelle est un être exaspérant, un personnage sans filtre vocal. Tout ce qu’il pense coule vers la sortie. Et ces écoulements tous plus politiquement incorrects les uns que les autres donnent envie à ses pauvres interlocuteurs de lui refaire le portrait. Et bien sûr, il ne comprend pas du tout pourquoi. ⁣

Entre autres, il déteste les gens, les enfants, les oiseaux, surtout les pigeons dont vous conviendrez avec moi que leur conspiration mondiale pour relâcher leurs sphincters sur la tête d’honnêtes citoyens peut engendrer des envies de vengeance.

Pire encore: Bagatelle déteste les chats, quel sacrilège! Un mec pas fait pour les réseaux sociaux!😁Et je vous laisse le plaisir de deviner ce qu’il pense des femmes !

Mais cet énergumène a un grave problème de santé: son cœur ne bat plus et il n’a que peu de temps pour trouver un moyen de le relancer… Une raison de vivre… Quelque chose qui insuffle de la vie en lui. Sinon il mourra.

Ne partageant pas les passions habituelles du commun des mortels, notre insupportable bonhomme va chercher là où notre société contemporaine également tend à chercher de plus en plus…. Et ça a donné un roman HI-LA-RANT!

Cependant, ne vous y méprenez pas: les éclats de rire ne m’ont pas empêchée de me poser la question existentielle : Comment va mon cœur? A-t-il déja trouvé une raison de continuer à battre? ⁣

Et vous, votre coeur bat-il bien? Avez-vous déjà trouvé une raison de vous réveiller le matin, enthousiaste, le sourire aux lèvres? Sinon, il serait peut-être temps de revigorer ce grand coeur fatigué!

Mon second roman de Tahtiemachin a été une découverte exquise. Mais maintenant que j’en ai adorés deux d’affilée, je stresse… Aurai-je la chance de les aimer tous autant?… Il n’y a qu’une manière de le découvrir… Le marathon se poursuit… Avec « Le roman inachevé »… L’histoire d’un écrivain raté…

Alors à bientôt pour la suite du récit de mes excursions dans la tête de Luca Tahtieazym!

Bagatelle et la chamade des coeurs perdus
Bagatelle et la chamade des coeurs perdus

Description de l’éditeur

Bagatelle a un léger problème : son cœur ne bat plus…
Pour guérir, une seule solution : retrouver l’envie de vivre.

Au fil de rencontres plus improbables les unes que les autres, errant à la recherche d’un bonheur capricieux, notre truculent héros voguera par monts et par vaux, traînant sa ronde silhouette dans les volutes de fumée et les vapeurs d’alcool, en quête de gloire, d’argent ou… d’amour…

Mais l’amour, lui, n’est jamais là où on l’attend…

Pour le découvrir…

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Belle et voluptueuse

La plus belle réconciliation de votre vie…

Dans les magazines, au cinéma, à la télé, sur certains réseaux sociaux, nous sommes confrontées aux images de femmes filiformes qui sont censées représenter un idéal de beauté. Ces images nous hypnotisent parfois, encore plus les jeunes qui finissent par croire que perdre du poids est un passage obligé. Être au régime subit même un effet de mode. Alors qu’en principe…

Le guacamole

Le guacamole

Le guacamole est généralement servi avec des chips, des nachos de maïs. Mais dans le cadre d’une alimentation saine, vous pouvez l’utiliser comme tartinade ou trempette pour vos crudités. L’avocat est gras, c’est certain, mais les graisses qu’il contient sont des acides gras insaturés dont les vertus sont précieuses pour la santé et dans un programme de remise en forme. Parmi lesquelles, son effet coupe-faim car il est très rassasiant. Evitez tout de même de…

Le baba ganousch

Le baba ganousch

Si vous avez fait les choses correctement, le résultat devrait être irrésistiblement doux, onctueux, fumé et savoureux.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Le houmous / hummus

Le houmous/ hummus

Habituellement servi avec du pain pita, le houmous peut également, dans le cadre d’un régime équilibré, être utilisé comme tartinade sur un toast de pain complet ou encore mieux sur des tranches de concombre ou de courgettes grillées.

Le tahini fait maison

Le tahini fait maison

Sauce très riche en calcium et en phosphore, le tahini est utilisé dans la cuisine orientale comme condiment dans le houmous, le baba ganousch, le pain, les brochettes, les sauces, etc…

Le tzatziki

Servir avec des crudités ou pour accompagner une grillade. Le tzatziki va presque partout. Testez, vous verrez ! 🙂

Combien de temps faut-il pour perdre 10 kilos?

Vous avez calculé le nombre de kilos que vous devrez perdre pour atteindre vos objectifs de poids, de tour de taille, de tour de hanches, etc.… Et vous êtes pressée d’y arriver.

Vous vous imaginez déjà renouveler votre garde-robe, vous visualisez le regard follement épris de cet homme dont vous souhaitez un amour inconditionnel… Vous voyez déjà les photos « avant après » que vous posterez sur Instagram, Twitter, Facebook… Tout ce bonheur, vous le voulez… Et vite ! Vous vous êtes décidée à vous y mettre, vous ne supportez même pas de lire tout ce blabla que vous estimez n’être que du radotage… Vous avez besoin de passer immédiatement aux choses sérieuses…

Pour éviter 90% des maladies

Faites-le pour vous, pour ceux que vous aimez, pour ceux qui vous aiment. Souvenez-vous que chaque être humain naît avec un « capital santé » déterminé. Certains en ont davantage, d’autres moins. Il revient à chacun de gérer judicieusement ce dont la nature l’a pourvu.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Sénescence : Et si vous vieillissiez quatre fois plus vite?

𝗦𝗜 𝗩𝗢𝗨𝗦 𝗦𝗔𝗩𝗜𝗘𝗭 À 𝗟𝗔 𝗡𝗔𝗜𝗦𝗦𝗔𝗡𝗖𝗘 𝗤𝗨𝗘 𝗩𝗢𝗨𝗦 𝗡’𝗔𝗨𝗥𝗜𝗘𝗭 𝗤𝗨’𝗨𝗡𝗘 𝗩𝗜𝗡𝗚𝗧𝗔𝗜𝗡𝗘 𝗗’𝗔𝗡𝗡É𝗘𝗦 À 𝗩𝗜𝗩𝗥𝗘, 𝗖𝗢𝗠𝗠𝗘𝗡𝗧 𝗟𝗘𝗦 𝗩𝗜𝗩𝗥𝗜𝗘𝗭-𝗩𝗢𝗨𝗦? 𝗤𝗨𝗘 𝗙𝗘𝗥𝗜𝗘𝗭-𝗩𝗢𝗨𝗦? 𝗤𝗨𝗘 𝗡𝗘 𝗙𝗘𝗥𝗜𝗘𝗭-𝗩𝗢𝗨𝗦 𝗣𝗔𝗦?- Sénescence – De Luca Tahtieazym, gagnant du concours des Plumes francophones 2017

La population mondiale vieillit 4 fois plus vite. On est ado à 4 ans, on fait des enfants à 5 ans…Normal, le Ministère de l’éducation nationale a intégré dans son programme des cours poussant à la reproduction puisque l’espérance de vie ne dépasse pas 20 ans (80 ans).

En outre, les corps vieillissent mais les capacités intellectuelles ne suivent pas le même rythme. Alors qu’en sera-t-il de la science? Qui pilotera les avions? C’est la fin de tous les métiers (indispensables) qui exigent de nombreuses années d’apprentissage et d’expérience… Médecins, chercheurs scientifiques, etc… .

Autre thème abordé: quand la vie nous file entre les doigts, avons-nous le temps d’être gentils, de rêver, d’aimer?

𝗦é𝗻𝗲𝘀𝗰𝗲𝗻𝗰𝗲 : 𝘂𝗻 𝗿𝗼𝗺𝗮𝗻 𝗳𝗮𝘀𝗰𝗶𝗻𝗮𝗻𝘁 𝗾𝘂𝗶 𝗿𝗲𝘁𝗿𝗮𝗰𝗲 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝗰𝗼𝘂𝗿𝘀 𝗱𝗲 4 𝗽𝗲𝗿𝘀𝗼𝗻𝗻𝗮𝗴𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗶𝗻𝗰𝗶𝗽𝗮𝘂𝘅 𝗲𝘁 𝗹𝗲𝘂𝗿 𝗺𝗮𝗻𝗶è𝗿𝗲 𝗱𝗲 𝘃𝗶𝘃𝗿𝗲 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝗰𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗺𝘂𝘁𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗴é𝗻é𝘁𝗶𝗾𝘂𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝗽𝗿𝗼𝘃𝗼𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲 𝘃𝗶𝗲𝗶𝗹𝗹𝗶𝘀𝘀𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗽𝗿é𝗰𝗼𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗹𝗲𝘀 𝘀𝗰𝗶𝗲𝗻𝘁𝗶𝗳𝗶𝗾𝘂𝗲𝘀 𝗲𝘀𝘀𝗮𝗶𝗲𝗻𝘁 𝗱𝗲 𝗳𝗿é𝗻𝗲𝗿? 𝗗’𝗮𝗶𝗹𝗹𝗲𝘂𝗿𝘀, 𝘆 𝗽𝗮𝗿𝘃𝗶𝗲𝗻𝗱𝗿𝗼𝗻𝘁-𝗶𝗹𝘀?

Amoureuse des belles plumes, j’ai été comblée. Luca vous entraîne dans les méandres de votre subconscient d’une plume de maître! Et quel travail de recherches pour donner de la substance à ce défi!

Sénescence est mon tout premier roman du fameux Luca Tahtiemachin, même si j’en ai plusieurs autres qui attendent patiemment dans ma PAL. Et ce grand monsieur est passé automatiquement dans ma liste assez courte d’auteurs préférés. Du coup j’enchaîne mes excursions littéraires avec un autre de ses romans, cette fois d’un tout autre genre : 𝗕𝗮𝗴𝗮𝘁𝗲𝗹𝗹𝗲 𝗲𝘁 𝗹𝗮 𝗰𝗵𝗮𝗺𝗮𝗱𝗲 𝗱𝗲𝘀 𝗰𝗼𝗲𝘂𝗿𝘀 𝗽𝗲𝗿𝗱𝘂𝘀, dont je vous parlerai très bientôt!

𝗝𝗲 𝗻’𝗼𝘀𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝘁𝗿è𝘀 𝗿𝗮𝗿𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗿𝗲𝗰𝗼𝗺𝗺𝗮𝗻𝗱𝗲𝗿 𝗱𝗲𝘀 𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲𝘀 𝗰𝗮𝗿 𝗾𝘂𝗶 𝘀𝘂𝗶𝘀-𝗷𝗲 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗷𝘂𝗴𝗲𝗿 𝘂𝗻 𝗿𝗼𝗺𝗮𝗻.. 𝗝𝗲 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗱𝗶𝗿𝗮𝗶 𝘀𝗶𝗺𝗽𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁, 𝗵𝗼𝗻𝗻ê𝘁𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗮𝘃𝗲𝗰 𝘁𝗼𝘂𝘁𝗲 𝗹𝗮 𝗺𝗼𝗱𝗲𝘀𝘁𝗶𝗲 𝗱𝘂 𝗺𝗼𝗻𝗱𝗲 𝗾𝘂𝗲 𝗦é𝗻𝗲𝘀𝗰𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗲𝘀𝘁 𝘂𝗻𝗲 𝗲𝘅𝗽é𝗿𝗶𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗾𝘂𝗶 𝘃𝗮𝘂𝘁 𝗹𝗲 𝗱é𝘁𝗼𝘂𝗿 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝗰𝗲𝘂𝘅 𝗾𝘂𝗶 𝗮𝗶𝗺𝗲𝗻𝘁 𝗹𝗲𝘀 𝗿𝗼𝗺𝗮𝗻𝘀 𝗮𝗱𝗱𝗶𝗰𝘁𝗶𝗳𝘀!


Sénescence – Luca Tahtieazym

Présentation de l’éditeur (copié sur amazon)

« ET SI VOUS VIEILLISSIEZ QUATRE FOIS PLUS VITE ?

En 2020, une mutation génétique provoque une accélération du vieillissement de la population mondiale.
Vous avez quarante ans ? Il ne vous reste plus que dix ans à vivre.
Vous venez de naître ? Votre espérance de vie se limite à une vingtaine d’années.
À cinq ans, vous pouvez devenir parent. À dix, vous pourriez être grand-père ou grand-mère.
Quatre témoins, quatre manières d’appréhender les coups du sort : dompter l’Everest, trouver la faille, tituber dans les abîmes, goûter le présent…

Dépêchez-vous de vivre, il est peut-être déjà trop tard… »


Pour le découvrir

Sénescence – Luca Tahtieazym

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Savez-vous réellement pourquoi vous tenez tant à mincir?

Êtes-vous victimes de la pression générale? Pensez-vous réellement que vous devriez vous condamner à tous ces régimes restrictifs toute votre vie? Croyez-vous sincèrement que votre beauté dépende de votre taille? Laquelle? Avez-vous jamais été de cette taille-là de votre vie? Qu’en dit votre médecin?

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

AUTRES ARTICLES DU BLOG

LES ALLÉES DU PARDON - Laurence Labbé

Les allées du pardon

« Vieille carcasse que j’avais juré de saigner, elle est enfin morte! Mais ce n’est pas moi qui m’en suis chargé. Donc, qui? La liste des coupables et mobiles potentiels serait trop longue à établir, d’après moi: voisins, commerçants, passants, animaux, humains? Tous connaissaient sa misanthropie violente et personne ne souhaitait la croiser.

Quelqu’un a eu la générosité de mettre fin à tout cela.

Spaghettis aux poissons

Cette astuce trompera votre cerveau en créant l’illusion d’une grande quantité de spaghettis. Mais en fait c’est la poêlée qui vous rassasiera très vite car elle est hyperprotéinée.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Mon petit coin lecture (toujours en confinement)

Je lis pour voyager et je vous présente mes voyages préférés, ceux qui m’ont apporté quelque chose, mes coups de cœur. Pour moi, il n’y a pas d’intérêt à parler de livres qui ne m’ont pas du tout plu, de leur faire mauvaise presse alors qu’ils peuvent plaire à d’autres. Non, je prends plaisir à parler du positif. Ça aussi c’est une technique pour lutter contre la négativité et le stress environnants !

L’évasion par la lecture est l’une de mes grandes passions et même l’une de mes techniques de relaxation pour diminuer mon taux de cortisol, l’hormone du stress qui fait grossir et stocker la graisse principalement sur l’abdomen. Pour votre santé avant tout, je vous recommande d’avoir des hobbies, des passions, mais également pour votre ligne et votre forme tant qu’il ne s’agit pas de confectionner et déguster du chocolat! ;p

Je vis ici en Haïti à mi-temps, le reste de l’année je vis chez moi ailleurs et souvent en vandrouille. Cependant. depuis 3 mois, je suis bloquée ici, chez papa. Et c’est le double confinement pour ceux qui essaient de rester en vie et surtout qui peuvent se permettre de rester chez eux, ceux qui ont la chance de pouvoir travailler à domicile! 

Je disais qu’on vit donc un double confinement : celui de Coronavirus non géré ni par les autorités et tres mal compris par la population en général; et le confinement de l’insécurité, vu que nos vies sont en danger en permanence. Actuellement, même chez soi la nuit ! On n’est jamais à l’abri des gangsters qui entrent chez vous pour violer et massacrer ! Et dans ces conditions, parfois tout ce qu’on peut faire c’est l’autruche ou s’évader le plus loin et le plus souvent possible.

Ceci explique d’ailleurs pourquoi je lis si rarement les livres de chez nous alors qu’on a des poètes et des romanciers excellents. On a même un Immortel à l’Académie française : Dany Laferriere. C’est que j’ai besoin de m’évader le plus loin possible de tout ce qui pourrait me rappeler la situation du pays ! Alors ne m’en veuillez pas, chers compatriotes, de ne pas porter haut les couleurs du pays. Et vous aussi, mes chers amis d’Outre-Atlantique de ne pas encore vous faire découvrir les produits du terroir… C’est juste au-dessus de mes forces pour le moment. Mais je vous le promets, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer, que ca viendra. Pour le moment, je cherche l’évasion. Pour ma santé mentale et physique! 

Bien sûr, pour gérer ce niveau inédit de stress, je fais également du sport et je mange équilibré, puisque pour le moment je peux encore, contrairement à beaucoup d’autres qui doivent se satisfaire de pouvoir manger tout court ! Mais la gestion du stress, je disais donc, c’est un tout, et la lecture y joue un rôle non négligeable pour moi. 

Alors, je lis pour voyager et je vous présente mes voyages préférés, ceux qui m’ont apporté quelque chose, mes coups de cœur. Pour moi, il n’y a pas d’intérêt à parler de livres qui ne m’ont pas du tout plu, leur faire mauvaise presse alors qu’ils peuvent plaire à d’autres. Non, je prends plaisir à parler du positif. Ça aussi c’est une technique pour lutter contre la négativité et le stress environnants ! 

Alors voilà ! J’espère que je pourrai vous aider à découvrir des histoires qui vous plairont à vous aussi. Bonne découverte. Et bonne lecture ! 

Et n’hésitez pas à laisser un commentaire pour partager votre avis sur un de ces livres, que vous auriez déjà lu aussi. 

XOXO 

Mon coin lecture actuel (en confinement)
Mon coin lecture actuel (en confinement)

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Comment courir un marathon de 10k dans sa chambre à coucher (vidéo)

Si t’es comme moi, le frigo te fait de l’oeil non-stop, et ton niveau de stress face à toutes ces nouvelles alarmantes ne t’aide pas à lui résister. Ton club de sport te manque et tu ne peux même pas sortir faire un petit jogging pour te détendre… Ou fuir la cuisine! ;p Sauf qu’avec un peu d’imagination, on peut aller où on veut!

Comment tenir ses bonnes résolutions – Astuce #1 (Vidéo)

Coucou. Nous commençons donc aujourd’hui, comme promis, la série des 12 astuces pour tenir ses bonnes résolutions. Ne rate pas les autres, inscris-toi à la newsletter ou à ma chaine YouTube, ces astuces peuvent réellement faire une différence dans ta vie si tu les pratiques réellement. En tout cas, je ne peux que te souhaiter … Continuer à lire … « Comment tenir ses bonnes résolutions – Astuce #1 (Vidéo) »

Comment choisir un bon régime?

Tous les programmes minceur font évidemment perdre du poids. Et il en existe des centaines. Pourtant, la population obèse mondiale s’accroît vertigineusement. Simplement parce que tous ces régimes ne remplissent pas forcément les critères d’une efficacité durable.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Le Nombre 77 – Alexis Arend (Vidéo)

Une malédiction peut-elle se perpétuer durant des millénaires ?
Peut-on échapper à la folie en plongeant tête baissée dans les ténèbres ?

La bande-annonce

Le Nombre 77 – Bande annonce – Durée: 0 min 21 sec
Crédits – Vidéo: Sylphine – Musique: Jérôme Marie: auteur compositeur, lecteur enthousiaste et satisfait.

Le résumé

Le Nombre 77, thriller fantastique

Une malédiction peut-elle se perpétuer durant des millénaires ?

Alors qu’il pensait être parvenu à retrouver un semblant de vie paisible après la perte tragique de sa fille, Terence Dale, barman ordinaire d’une petite ville perdue de l’Arizona, voit son existence basculer le jour où lui parvient une mystérieuse lettre.
Une lettre ne comportant que le logo d’une île étrange et un nombre, le nombre 77.

Désormais hanté par ce nombre, Terence devient la proie d’hallucinations effroyables et de terrifiants chuchotements dans l’obscurité. Nuit après nuit, cauchemar après cauchemar, l’île l’appelle…

Peut-on échapper à la folie en plongeant tête baissée dans les ténèbres ?


Une petite anecdote

Le Nombre 77, thriller fantastique

Ce qui a menacé encore plus de me faire finir en camisole de force, c’est le besoin de découvrir pourquoi Terence lui aussi le voit partout, ce nombre. Et pourquoi depuis que ça le poursuit et le harcèle, il voit des visages agonisants, des cadavres en sursis dans la rue? Il sait comment mourra chaque personne qu’il rencontre sur son chemin… La nuit, il ne ferme plus les yeux pour fuir ses effroyables cauchemars… Et pour scruter l’obscurité tout sauf silencieuse de sa chambre envahie de chuchotements, de plaintes, de cris, de souffle froid dans son cou…

Contrairement à moi, pour Terence, la folie a commencé à la réception d’une lettre. Une lettre vide portant uniquement le logo d’une île, les initiales R.I. Et le fameux nombre 77.

Un voyage sur cette terre inconnue que fuit tout le monde à part ses quelques centaines d’habitants, sur cette île perdue qui l’appelle dans ses rêves, cela lui apportera-il la réponse au chamboulement total de sa vie? Y retrouvera-t-il la paix, la sérénité qu’il avait réussi à se composer après les drames récents de sa vie? De toute façon, a-t-il vraiment le choix?


Mon avis

Alexis a encore frappé fort. Voilà les premiers mots de ce roman:

Second Précepte : doit mourir Celui qui, avant l’heure, annoncera mon avènement…

À partir de là, il n’est plus question de faire marche arrière, on se laisse entraîner aux côtês de Terence pour assister, totalement sous le charme, à sa descente aux enfers… Parfois… surtout le soir, on croit même prendre sa place car il se pourrait que vous entendiez des chuchotements dans la nuit vous aussi! Alexis sait comment vous détraquer le cerveau, il m’a déjà fait ce coup-là avec Salamanca!

Bref, Le Nombre 77, c’est le package complet: le suspense… l’angoisse… une plume somptueuse, jugez-en par vous-même:

Elle trônait là, souveraine, comme posée au milieu de cet océan qui, à cette heure, expulsait sa prodigieuse rage et se libérait enfin de ses entraves ; elle paraissait flotter sur les eaux comme une idole d’un autre temps, et dont la vue faisait naître quantité de croyances et inspirait une profonde terreur à quiconque posait les yeux sur elle.

Oui, (elle) existait réellement.

Et elle semblait l’attendre…

Et vous n’échapperez pas aux grandes questions existentielles, comme avec tous les romans de cet auteur… Cette fois, celle qui a été remuée dans mon esprit est la suivante:

Que penser du destin? Tout est-il écrit d’avance? N’hésitez pas à avancer une réponse. Votre opinion m’intéresse! 😊

Le nombre 77, un roman à découvrir! Et Alexis Arend, un auteur à suivre!

Thriller fantastique

Voilà! C’est tout pour aujourd’hui. Cette fois, c’était une découverte, je vous donne rendez-vous à très bientôt pour une rencontre!

Bonne découverte! Bonne lecture!

Mon premier King: Misery

Quand on découvre King à mon grand âge…

Quand on découvre King à mon grand âge, on a l’impression d’avoir foutu sa vie en l’air à lire autre chose… Sauf que je me suis également découvert pas mal de points communs avec Annie Wilks, l’infirmière psychopathe qui enlève son auteur préféré et le force à d’écrire un chef-d’oeuvre. Mais ce dernier, il doit l’écrire non pour gagner sa vie mais pour tenter de la sauver!

Mon affection pour les thrillers étant plutôt récente, il m’a fallu un peu d’entrainement avant de me mettre aux King!

Je ne prétendrai pas avoir été tout à fait a la hauteur… As-tu déjà lu un livre en tentant de sauter les scènes terrifiantes décrits avec des mots tels que « hache » « couper » « jambe » ? ;P… Mais sans rien perdre du récit, bien entendu!! Ce n’est pas exactement comme devant un film où tu peux juste enfouir la tête dans le cou de ton chéri et lui demander de te raconter la scène sans les détails choquants. C’est impossible de sauter quelques paragraphes, j’ai essayé… Dans un bon thriller, tous les mots sont importants. Finalement, j’ai du m’y reprendre à plusieurs fois.

Et devinez quoi, ben ça commence à me plaire! En même temps, ce ne sont que quelques scènes insupportables.

Dans Misery, surtout deux pensées particulières ont occupé mon esprit tout le long… Primo, Paul Sheldon s’en sortira-t-il? C’est un thriller et non un feel good, je n’avais aucune idée à quoi m’attendre. Secundo, COMMENT pourrait-il s’en sortir dans l’état où il est, vu l’endroit où il est et avec qui il est! Faut dire qu’on se sent presque à sa place, on se surprend même à élaborer les plans les plus improbables pour tenter de s’enfuir! Ça c’est l’effet de la plume de King!

Donc voilà, l’expérience a été intéressante. Je compte continuer. Je ne sais pas encore par lequel… Peut-être « Shining ». Si tu as des propositions, n’hésite pas!

Extrait

Puis une bouche vint bâillonner la sienne, une bouche de femme, impossible de s’y tromper en dépit de ses lèvres dures et sèches : et cette bouche souffla son air dans la sienne, forçant un passage dans sa gorge, gonflant ses poumons ; et lorsque les lèvres dures se retirèrent, il sentit pour la première fois l’odeur qui émanait de sa gardienne, il la sentit en exhalant l’air qu’elle avait forcé en lui comme un homme pourrait forcer par violence une femme, une horrible puanteur faite d’un mélange de biscuits à la vanille, de crème glacée au chocolat, de jus de poulet et de ces pâtisseries spongieuses à base de beurre de cacahuètes.

Il entendit une voix s’égosiller : « Respirez, bon sang ! Respirez, Paul ! »

De nouveau, les lèvres le bâillonnèrent. De nouveau, de l’air se força un passage dans sa gorge. Impression de succion et de vent humide comme à la suite du passage d’un train rapide dans un souterrain, avec son cortège de feuilles de journaux et d’emballages de bonbons, puis les lèvres se retirèrent et il pensa : Pour l’amour du Ciel ne le laisse pas ressortir par le nez mais il ne put rien y faire et oh, cette puanteur, cette puanteur, cette putain de PUANTEUR !

« Respirez, bon sang de bonsoir ! » cria la voix invisible ; et il pensa : D’accord, tout ce que vous voudrez, mais s’il vous plaît ne recommencez pas, surtout pas cette infection et il essaya, mais avant d’avoir pu réellement commencer, les lèvres de la femme bâillonnèrent encore les siennes, des lèvres aussi sèches et mortes que des lanières de cuir salées ; et de nouveau son haleine le viola.

Cette fois, quand la bouche s’éloigna, il ne laissa pas repartir l’air, mais le chassa violemment dans une gigantesque exhalaison. L’expulsa. Attendit que sa poitrine invisible se soulevât de nouveau d’elle-même, comme elle l’avait fait toute sa vie sans qu’il eût à intervenir. Comme rien ne se passait, il inhala dans un énorme hoquet sifflant ; de nouveau il respirait tout seul – haletant le plus vite possible pour se débarrasser du goût et de l’odeur de la femme.

Jamais l’air normal n’avait eu parfum aussi suave.

Pour le découvrir

AUTRES ARTICLES DU BLOG

Marre de tes 3 feuilles de laitue?

Absolument tout ce que nous introduisons dans notre organisme a un effet immédiat et un effet à long terme sur notre santé, et donc sur la qualité et la durée de notre vie. Il me paraît donc évident qu’une remise en forme doit commencer par l’apprentissage de la préparation de nos aliments.

Je me souviens de cette année-là…

Je me souviens de cette année-là que j’ai passée à me cacher… Une année, juste une année… Mais, en Enfer, les minutes durent des heures, et les heures des jours interminables. Je n’en pouvais plus des incessants conseils et des nombreux rappels à l’ordre qui m’assaillaient comme si je vivais dans un monde privé de … Continuer à lire … « Je me souviens de cette année-là… »

Les allées du pardon

« Vieille carcasse que j’avais juré de saigner, elle est enfin morte! Mais ce n’est pas moi qui m’en suis chargé. Donc, qui? La liste des coupables et mobiles potentiels serait trop longue à établir, d’après moi: voisins, commerçants, passants, animaux, humains? Tous connaissaient sa misanthropie violente et personne ne souhaitait la croiser.

Quelqu’un a eu la générosité de mettre fin à tout cela.

Coucou. Je vous présente le tout dernier petit bébé de notre Laurence internationale 😊

Un gamin se réveille à côté d’un corps inerte qui baigne dans une mare de sang. Celui de sa mère.⁣

Extrait

« Vieille carcasse que j’avais juré de saigner, elle est enfin morte! Mais ce n’est pas moi qui m’en suis chargé. Donc, qui? La liste des coupables et mobiles potentiels serait trop longue à établir, d’après moi: voisins, commerçants, passants, animaux, humains? Tous connaissaient sa misanthropie violente et personne ne souhaitait la croiser.

Quelqu’un a eu la générosité de mettre fin à tout cela.

Il y en a toujours pour énoncer tout bas ce que les autres pensent tout haut.

Et il y en a qui ont le courage d’exécuter ce que les autres nourrissent en rêve.

Alors qui? L’avenir nous le dira »

Les allées du pardon

Mon avis


Ce sont là, entre autres, les premières lignes d’un manuscrit (ou serait-ce un journal intime?) trouvé dans un petit motel où un passager en mal de vivre va passer quelques jours de vacances loin de sa famille et de son boulot pour faire le vide dans sa tête.⁣

Ces écrits s’imposent à lui… Et il va tout tenter pour comprendre la nature réelle du texte et de son auteur. Et peut-être retrouver son chemin à lui aussi dans le labyrinthe de sa vie et de ses questionnements.

Et si l’histoire n’était pas aussi simple?

Un roman qui rend un bel hommage à « La conjuration des imbéciles ». Mais surtout un très beau roman qui se lit avec le coeur!⁣

Difficile à classer… Pas un thriller à proprement parler même s’il vous en offre la même quête de réponses. On y retrouve l’immanquable humour de l’auteure mais cette fois bien aigre-doux non filtré, cependant délicatement enrobé d’une fine couche de poésie qui vous laisse le coeur gonflé à bloc…Mais non plus humoristique, car la grandiloquence, les extravagances, les bizarreries du personnage principal et les fous rires qu’elles peuvent provoquer servent des thèmes existentiels qui en même temps bouleversent et inspirent!⁣ ⁣

Alors… Un drame? Certainement! Également feel-good?… Je vous laisse le découvrir 😉

➡️ https://amzn.to/3c7js6W

Bonne découverte!

Bravo Laurence Labbé! 👏👏🌟🌟🌟🌟🌟

Pour le découvrir…

LES ALLÉES DU PARDON - Laurence Labbé
LES ALLÉES DU PARDON – Laurence Labbé